La poudre noire (800)

tamara-chine-feu-artifice

Peu d’inventions ont infligé autant de souffrance que la poudre noire. Inventée par les Chinois, il s’agit d’un mélange de salpêtre, de charbon et de soufre qui produit une combustion violente une fois enflammé. Disposée dans un compartiment confiné,  elle permet ainsi de créer une onde de choc pouvant projetant les débris d’une grenade ou la balle d’un fusil.

Les billets de banque (806)

billet-chine

Poussée par une pénurie de métaux, la dynastie Tang introduit ce nouveau système monétaire plus de huit siècles avant l’Europe. La valeur de la monnaie devient alors supérieure à celle du support. Quelques siècles plus tard, l’émission de billets devient trop importante et l’inflation résultante conduira la dynastie Ming à se débarrasser complètement du système.

La fusée (904)

fusee-chine

Lors du siège de Yuzhang dans le sud-est de la Chine, les assaillants lancent le « feu volant » sur les portes de la ville. Ancêtre de la fusée, il s’agit de flèches équipées d’un cylindre rempli de poudre noire explosant à l’impact. Les flèches sont d’abord propulsées à l’aide d’un simple arc mais rapidement, l’idée est avancée d’ouvrir le tube à l’arrière pour que la combustion contribue à la propulsion de l’engin.

L’écluse (984)

ecluse

Durant la construction du Grand Canal de Chine, un ingénieur remarque qu’en installant deux portes sur la rivière à environ 200m l’une de l’autre, se forme un bassin dont le niveau d’eau est ajustable soit au niveau en amont, soit à celui en aval. Le cours d’eau est ainsi stabilisé et les bateaux franchissent facilement les dénivellations.

Le sextant (994)

sextant

Le premier sextant mural fut construit près de l’actuelle Téhéran. Grand de 20m de diamètre, il permettait de mesurer la hauteur du soleil dans le ciel avec une précision d’une minute d’arc, soit un soixantième de degré. La version portable permettra à des milliers de marins de connaître en permanence leur latitude.

L’horloge d’édifice (1094)

susong

Abritée dans une tour de 12m de haut, la première horloge monumentale fut l’instrument le plus évolué de son temps. Cette machine à énergie hydraulique aux nombreux engrenages et pignons de précision permettait d’observer les mouvements apparents du Soleil, de la Lune et de certaines étoiles. Régulée par une immense roue à eau, elle constituait une véritable merveille technologique.

 Le canon (1128)

canon

L’artillerie de la dynastie Song était composée de « lances à feu », simples tubes de bambou chargés de poudre noire, de sable, de tessons de poterie ou de grenaille de plomb. Au XIIème siècle, le métal remplace le bambou et les boulets, ajustés au diamètre du canon, sont projetés à plus de 50m, détruisant aisément les portes des villes assiégées.

Les lunettes (1270)

besicles.jpg

Les souffleurs de verre vénitiens fabriquaient depuis quelque temps des lentilles qui servaient de loupe. À la fin du XIIIème siècle, on commença à les utiliser par paires, avec une monture de bois ou de corne. Les premières lunettes étaient convexes et corrigeaient la presbytie. Il faudra attendre le XVème siècle pour voir apparaître les premiers verres concaves corrigeant la myopie.

La faux (1300)

paysans01

Apparue en Europe, elle fit grimper en flèche la production agricole. Composée d’une lame courbe et d’un long manche en bois, elle permit au faucheur de travailler en gardant une position droite beaucoup moins fatigante que la position courbée imposée par l’usage de la faucille. Ce fut, en outre, une arme redoutable lors des jacqueries.

La presse d’imprimerie (1450)

presse

« Elle repoussera la nuit de l’ignorance, et de sa lumière brillera parmi les hommes » déclarait Gutenberg à propos de son invention. Les premières presses utilisaient un unique bloc de bois par page qui s’usait très vite. Gutenberg mis au point une méthode plus robuste. Les caractères individuels étaient moulés dans un alliage de métal assurant l’impression de plusieurs centaines de feuilles et la production de masse de milliers d’ouvrages dans toute l’Europe.

 

Cet article est inspiré de l’ouvrage Les 1001 inventions qui ont changé le monde réalisé sous la direction de Jack Challoner et fait suite à celui sur les 16 plus grandes inventions de l’Antiquité.

Suivez Livres et Science sur Facebook et sur Twitter !