La lunette astronomique (1609)

galilee
© Christian Jégou d’après Galilée, le messager des étoiles

Selon la légende, deux jeunes Hollandais se rendirent compte, en jouant avec des verres concaves, que tout devenait gigantesque si l’on plaçait un premier verre devant son œil et un second à bout de bras. Leur père Hans Lippershey monta les verres sur un tube et fabriqua ainsi le premier « cylindre hollandais ». Galilée améliora l’instrument et l’utilisa pour observer les phases de Vénus, les tâches du Soleil ainsi que les principaux satellites de Jupiter.

La calculatrice mécanique (1623)

calculatrice.jpg

Inspiré par les bâtons de Napier, Wilhelm Schickard conçoit un système mécanique appeler « horloge à calculer » permettant d’effectuer des opérations élémentaires sur des nombres à six chiffres. Chaque roue dentée graduée de 0 à 9 entraîne la roue suivante lorsqu’un tour complet est effectué. Et lorsque la dernière roue tourne entièrement, un timbre sonne pour annoncer que le nombre à afficher est trop grand pour la machine.

Le baromètre (1643)

torricelli.jpg

Torricelli inventa en 1643 un tube qui portera son nom et qui permettra de réaliser des mesures de pression. Un tube de verre fermé à l’une de ses extrémités est rempli de mercure et plongé dans une cuvette remplie de mercure également. La pression à la surface de la cuve est égale à la pression atmosphérique et sa valeur diminue progressivement à mesure que l’on monte dans le tube. À tel point qu’elle devient nulle 76 cm au-dessus de la surface ce qui crée un vide au sommet du tube. Blaise Pascal rajoutera une échelle graduée sur l’instrument permettant de relier la hauteur atteinte dans le tube à la pression atmosphérique du lieu de l’expérience.

La pompe à vide (1650)

guericke.jpg

L’Allemand Otto von Guericke cherchait à réaliser le vide dans une bombonne. Ses tentatives d’extraire l’air directement restaient infructueuses lorsqu’il eut l’idée géniale de commencer par la remplir d’eau avant de la vider à l’aide d’une pompe aspirante ne laissant pas passer d’air. La pression extérieure qui n’était plus compensée par la pression intérieure avait tendance à écraser le récipient. Guericke opta alors pour une forme de bombonne la plus sphérique possible afin de minimiser les contraintes. Pour prouver l’importance de sa création, il mit au défi avec succès l’empereur Ferdinand III qu’aucun attelage de chevaux ne pouvait séparer deux demi-sphères entre lesquelles le vide fut réalisé.

L’horloge à pendule (1656)

horloge.JPG

Au début du siècle, Galilée avait remarqué que la période d’oscillation d’un pendule était indépendante de l’amplitude du mouvement. En 1656, l’astronome néerlandais Huygens utilisa cette propriété pour fabriquer des horloge de précision. Avec un pendule d’un mètre de long, la période des oscillations approche 2 secondes avec un décalage moyen réduit à 20 secondes par jour, ce qui est remarquable pour l’époque.

L’autocuiseur (1679)

autocuiseur.jpg

On raconte que pendant la première démonstration de son « Digesteur », Denis Papin vit l’appareil exploser au bout de quelques minutes. Il revint quelques jours plus tard avec un ajout astucieux : une soupape de sécurité permettant de contrôler les augmentations de pression trop brusques. Grand succès : les aliments cuits à haute pression devenaient fondants et leur goût était sublimé.

Le métronome (1696)

metronome.jpg

Un support de bois, une tige munie d’un poids mobile oscillant à la manière d’un pendule : le métronome est né ! Plus le poids est bas, plus le mouvement est rapide. Ludwig van Beethoven sera le premier à utiliser l’instrument comme référence de tempo en 1817.

La pompe à vapeur (1698)

pompe.jpg

Un des plus grands dangers lié à l’exploitation minière est l’inondation. L’ingénieur militaire Thomas Savery développa une machine permettant d’éviter d’écoper l’eau fastidieusement avec un seau. Un récipient est rempli d’eau et de la vapeur d’eau sous pression est injectée par en dessous ce qui chasse l’eau liquide vers le haut. Lors de la condensation un vide se crée alors dans le récipient. En tirant un tuyau de la machine jusqu’au fond de la mine, on aspire ainsi l’eau du puits.

  • Cet article est inspiré de l’ouvrage Les 1001 inventions qui ont changé le monde réalisé sous la direction de Jack Challoner et fait suite à celui sur les 7 plus grandes inventions du XVIe siècle.
  • Suivez Livres et Science sur Facebook !