Le miroir de verre (1505)

venitien.jpg

De l’antiquité au moyen-âge, on admirait son reflet dans des plaques de métal poli. Les Vénitiens inventèrent un tout autre dispositif. L’idée fut de recouvrir une plaque de verre avec une couche d’étain et de mercure sur une des deux faces seulement. Cette invention, au-delà de son aspect pratique au quotidien, ouvrira la voie à d’autres technologies comme le télescope et les appareils photographiques…

La montre (1508)

montre.jpg

Peter Henlein, d’abord serrurier à Nuremberg, se plonge dans la conception d’horloges de poche au début du XVIe siècle. Utilisant des ressorts à boudin inventés quelques années auparavant, il miniaturise l’instrument mécanique. La montre mesure quelques centimètres seulement, sonne l’heure et fonctionne plus d’un jour et demi sans qu’on ait besoin de la remonter. D’abord fragile et imprécise, elle connaîtra des améliorations continues et deviendra un symbole de statut social élevé.

La serrure à combinaison (1550)

serrure.jpg

Le mathématicien italien Jérôme Cardan, cambriolé par son propre fils, décide de lui trancher une oreille et de mettre au point une serrure afin de protéger ses possessions. Inspiré d’un traité arabe sur les mécanismes, il juxtapose une série de disques autour d’une goupille. Les disques comportent chacun une encoche qui accueille les dents de la goupille lorsque la bonne combinaison est entrée permettant à la serrure de s’ouvrir.

La prothèse articulée (1564)

prothese.JPG

Ambroise Paré, père de la chirurgie moderne, invente une prothèse pour les amputés au niveau de la cuisse. Un pilon est attaché à la cuisse par une liaison articulée et une lanière permet de bloquer ou de débloquer le mouvement. Le chirurgien conçoit également une main artificielle composée d’un pouce fixe et de doigts articulés par des ressorts.

Le crayon en graphite (1564)

crayon.jpg

Au milieu du XVIe siècle, un gisement de graphite pur est mis à nu en Angleterre près de Borrowdale. Cette découverte popularise le matériau qui laisse une marque très noire sur le papier et s’efface facilement, ce qui lui confère un avantage certain sur l’encre.  Un support de bois permet à l’utilisateur de ne pas se tacher : le crayon à papier est né. Il faudra toutefois attendre un siècle pour qu’apparaisse la forme moderne avec une tige de bois creusée accueillant la mine de graphite.

Le calendrier grégorien (1582)

gregoire13.png

Le calendrier julien fut mis en place par Jules César en 45 av. J.-C. : il comporte 365 jours et une journée de plus tous les quatre ans, soit en moyenne 365,25 jours par an. Problème : la durée réelle d’une année est de 365,2422 jours. Le faible écart s’accumulant au fil des siècles avait conduit à un décalage de dix jours : le calendrier ne collait plus aux saisons. Le pape Grégoire XIII règle le problème en faisant succéder au jeudi 4 octobre 1582 le vendredi 15 octobre et en créant une année moyenne de 365,2425 jours beaucoup plus proche de la valeur réelle. Pour cela, les années séculaires (1700, 1800, 1900…) perdent leur 29 février sauf si elles sont multiples de 400 :

365 + \frac{1}{4}-\frac{1}{100}+\frac{1}{400}=365,2425.

Le microscope (1590)

microscope.jpg

Zacharias Jansen utilise ses connaissances des lentilles et des télescopes pour concevoir le premier microscope. Il dispose une première lentille (l’objectif) près de l’objet permettant de grossir l’image puis une seconde lentille (l’oculaire) près de l’œil de l’observateur afin de faire converger l’image en un point net. Galilée perfectionnera le dispositif en ajoutant un système de mise au point. Cette invention permettra d’observer pour la première fois les micro-organismes ainsi que les cellules sanguines.

  • Cet article est inspiré de l’ouvrage Les 1001 inventions qui ont changé le monde réalisé sous la direction de Jack Challoner et fait suite à celui sur les 10 plus grandes inventions du moyen-âge.
  • Suivez Livres et Science sur Facebook !